Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Espace administratif > La sécurité dans les écoles > Questions réponses PPMS

Questions réponses PPMS

Retrouvez ici les interrogations de certains collègues lors de l’élaboration de leur PPMS et les réponses qui leur ont été apportées. Cet article est mis à jour régulièrement.

[*

AJOUTE LE DIMANCHE 13 DECEMBRE 2015

*]
Quels sont les risques présents sur toutes les écoles du Cantal ?
Il y a 4 risques qui doivent être envisagés par toutes les écoles du Cantal :
- la tempête
- l’accident industriel ou résultant d’un transport de matières dangereuses
- le séisme
- l’intrusion ou risque attentat (apparu dans la circulaire de novembre 2015)
Pour les autres risques (inondation, feu de forêt...), vous devez regarder le DDRM ou le PCS (voir question ci-dessous)

Qui est censé acheter les "kits" qui doivent être présents dans les lieux de confinement ?
Rien n’est indiqué à ce sujet. A ma connaissance, la quasi-totalité des kits ont été achetés par les mairies suite à la demande des écoles.

Comment faire pour communiquer lorsque l’électricité est coupée et que les portables ne passent pas dans l’école ?
Je me renseigne auprès de la personne compétente au niveau du rectorat. Nous avons parlé de l’acaht de talkies-walkies (fonctionnement à piles) mais cela engendre un coup supplémentaire.

[*

AJOUTE LE MERCREDI 2 DECEMBRE 2015

*]

Lors d’un accident majeur, l’alerte est-elle signalée par des sirènes avec 3 cycles d’alerte (son montant et descendant) comme signalé dans le guide d’élaboration du PPMS présent dans le BO n°44 du 26 novembre 2015 ?
Non (ou au moins pas partout, ce n’est par exemple pas le cas à Arpajon). La préfecture informe la population via les radios conventionnées et informe simultanément le plus rapidement possible la DSDEN (qui informe les écoles) et les mairies qui informent les écoles et la population. Contactez votre mairie pour voir si un signal particulier est prévu pour alerter la population.

Pour déterminer les risques majeurs concernant l’école, faut-il utiliser le document DDRM disponible sur le site de la préfecture ?
Ce document recense tous les risques présents dans chaque commune, il peut donc être utilisé.
Cependant, certaines communes (peut-être pas toutes) ont un Plan Communal de Sauvegarde (PCS) qui localise plus précisément les risques sur la commune, il est donc préférable d’utiliser ce document s’il existe.
Un exemple, une commune peut être en risque inondation (cela apparaît sur le DDRM) mais l’école n’est pas sur une zone inondable de la commune (cela apparaît sur le PCS), il n’est donc pas nécessaire d’envisager ce risque dans votre PPMS.

Quel signal d’alarme utiliser lors d’un exercice PPMS ?
Il ne faut pas utiliser le signal de l’alarme incendie pour un exercice PPMS, il faut trouver un autre signal. Vous pouvez utiliser une corne de brume ou un sifflet et établir un code (par exemple des séries de 3 coups de sifflets consécutifs avec une pause de 5 secondes entre chaque série. Le signal est émis suffisamment longtemps pour être sûr que tout le monde l’a bien entendu).

Dans le cas d’un risque chimique, je suis obligé de sortir si je veux couper le gaz. Que faire ?
Il est préférable de ne pas sortir et de se confiner directement et rapidement. Les nuages toxiques qui se propagent sont rarement explosifs et s’ils le sont, malheureusement, ils auront certainement déjà explosé.

Doit-on fermer les volets dans le cas d’un risque tempête ?
Oui il le faut absolument du côté des vents dominants (risque de projection de branches, de tuiles…). De l’autre côté, il faut au moins se tenir loin des fenêtres : si ce sont des volets roulants, les mettre le plus bas possible en essayant de laisser tout de même passer un peu de luminosité.
En effet, lors du risque tempête, s’il y a une coupure de courant, se retrouver dans le noir complet est assez anxiogène.

Lors d’un exercice PPMS doit-on couper réellement les fluides lorsque c’est nécessaire ?
Non, il faut simuler la coupure de ces fluides. Tout le monde peut couper ces fluides mais il faut des personnes habilitées pour remettre en service (le gaz par exemple).

Un adulte peut-il se retrouver seul dans un lieu de confinement ?
Oui. Il est préférable qu’il y ait une personne responsable de la communication (centraliser les appels des différents lieux de confinement, gérer les communications avec l’extérieur : autorités, IEN…) qui ne gère pas les élèves. Cela peut se faire du bureau de direction (s’il existe) avec à disposition les fiches de renseignements des élèves…
Cette personne peut également avoir pour responsabilité dans un premier temps, la coupure éventuelle des fluides.

SPIP 3.2.0 [23778] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le lundi 22 janvier 2018